LES SUJETS

Adieu électricité, lumière et chauffage

Adieu électricité, lumière et chauffage


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Esther Vivas

Nous pleurerions tous au ciel. Si, par contre, chez moi, je ne peux pas allumer la lumière, allumer le radiateur ou la machine à laver, il semble que cela n'a pas d'importance. Bien que cette situation affecte déjà 10% des foyers de l'État, soit environ quatre millions de personnes. Ce qui n'est pas vu ne compte pas.

De nos jours, la pauvreté signifie non seulement ne pas avoir d'emploi, ne pas joindre les deux bouts, ne pas pouvoir payer l'hypothèque ou le loyer, mais aussi ne pas pouvoir allumer la lumière, prendre une douche ou allumer le chauffage. C'est ce qu'on appelle la précarité énergétique. Et selon l'Association des sciences de l'environnement, ses conséquences sont: plus de problèmes de santé, moins bonne qualité de vie et décès. «On estime que la précarité énergétique est responsable en Espagne de 2 300 à 9 300 décès prématurés», précise l'association. Les morts qui, tout indique, ne comptent pas.

Et ils ne comptent pas car dans une situation d'urgence sociale, telle que celle décrite, on voit que le prix de l'électricité ne fait qu'augmenter. Cela a été annoncé ce jeudi: la facture d'électricité augmentera de 11,5% en janvier. Le gouvernement, une fois de plus, incline la tête devant les compagnies d'électricité, faisant passer leurs intérêts économiques avant les besoins fondamentaux des gens, comme ne pas avoir froid en hiver, cuisiner ou allumer la lumière. L'usure du capital ne connaît pas de principes ou a des mœurs.


Au cours des dix dernières années, la facture d'électricité a augmenté de 78% et le prix du kW de 119%, selon les données de la FACUA, «grâce» aux politiques de libéralisation du marché menées tant par le Parti gouvernemental que par le PSOE. L'oligopole des compagnies d'électricité est, en fin de compte, qui dicte les lois du secteur, et c'est comme ça que ça se passe. Si vous ne pouvez pas payer la facture, adieu électricité, bye électricité, bye chauffage. Peu importe si vous n'avez aucun revenu. Le PP avait déjà rejeté, à l'époque, une trêve d'hiver pour les familles les plus défavorisées. Le slogan de la campagne de Mariano Rajoy me vient à l'esprit lors des dernières élections: «Rejoignez le changement». Donc, ils ont "oublié" d'expliquer exactement en quoi consistait le changement. Je doute que s'ils l'avaient fait, ils auraient gagné.

S'ils nous enlèvent notre eau, notre électricité et notre électricité, comme beaucoup ont également enlevé leur maison, nous n'aurons d'autre choix que de prendre ce qui nous appartient. Cela a été fait pendant des années par divers mouvements sociaux dans les pays du Sud, en reconnectant ceux dont les services essentiels ont été coupés. Nous le voyons, aussi, maintenant ici avec le travail social de la Plateforme pour les personnes touchées par les hypothèques, aidant ceux qui se sont retrouvés sans abri, alors que des milliers de maisons sont vides et entre les mains des banques. Certains de mes amis l'ont déjà mis en pratique et mettent leur «artisanat» à la disposition de ceux qui en ont besoin. Je vais vous encourager à donner un atelier, je pense que les places seront épuisées.

Esther vivante

www.esthervivas.com



Vidéo: Que pensent les Ados de La Citroën AMI? ADIEU RER, BONJOUR AMI (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Mordehai

    Réellement. Invite, où je peux trouver plus d'informations sur cette question?

  2. Keran

    C'est nouveau

  3. Kajigrel

    c'est comme ça que vivent les autres



Écrire un message