LES SUJETS

Les modes de consommation doivent être modifiés, prévient le ministre cubain

Les modes de consommation doivent être modifiés, prévient le ministre cubain

Elba Rosa Pérez, Ministre du portefeuille de la science, de la technologie et de l'environnement, a fait cette déclaration lors de son discours à la IIIe Conférence sur les petits États insulaires en développement, qui se tient dans cette capitale.

Le monde a accumulé de vastes connaissances scientifiques et technologiques et, à l'échelle mondiale, suffisamment de nourriture est produite pour tout le monde, a reconnu Pérez.

Cependant, le ministre a souligné qu'une utilisation inefficace et aveugle de ressources naturelles rares se poursuit et que de grosses sommes d'argent sont gaspillées à des fins de profit, d'armes et de spéculation.

De même, le responsable cubain a assuré que le changement climatique représente une menace évidente qui nuit à la viabilité du développement des petits États insulaires, par conséquent des solutions urgentes et équilibrées sont nécessaires.

La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et les négociations en cours dans le cadre de cet instrument devraient contribuer à progresser à cet égard, avec l'adoption d'un nouvel accord sur le climat en 2015, a-t-il ajouté.

Pérez a rappelé que Cuba, en raison de son état insulaire et de ses caractéristiques géographiques, est très sensible aux événements hydrométéorologiques extrêmes. Cependant, le pays fait d'énormes efforts, essentiellement avec ses propres ressources, pour définir les principales actions qui sont menées en ce qui concerne la mise en œuvre des politiques de lutte contre le changement climatique et de réduction des risques de catastrophe, a-t-il déclaré.

Le ministre a également averti que les efforts nationaux seraient insuffisants s'il n'y avait pas de politiques cohérentes au niveau mondial qui soutiennent la réalisation du développement durable.

En ce sens, il a déclaré qu'il était nécessaire d'établir un système de relations internationales qui tend à réduire les inégalités entre les pays et encourage la participation de tous à la prise de décision mondiale. Nous espérons que cette conférence marquera une étape importante dans la promotion du développement durable entre nos pays et contribuera à renouveler l'engagement international qui permet aux États insulaires en développement de faire face aux problèmes économiques, sociaux et environnementaux urgents auxquels nous sommes confrontés, a conclu Pérez.

Les soi-disant petits États insulaires en développement (PEID) sont constitués de plus de 50 nations et territoires caractérisés par leur petite taille, leur éloignement, leur manque de ressources et leur vulnérabilité aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles.

La IIIe Conférence sur les PEID a commencé la veille et se terminera jeudi prochain dans la capitale du Samoa.

Presse latine


Vidéo: Conférence les conséquences du OUI, les conséquences du NON - Version intégrale (Septembre 2021).