LES SUJETS

Les gardiens de la planète

Les gardiens de la planète

Par Esteban Schoj

Avec ce qu'ils collectent, ils achètent des instruments.

Ils ont environ 25 enfants, âgés de neuf à onze ans, avec une tâche qui semble trop lourde mais qui ne les alourdit pas du tout: ce sont les Gardiens de la planète. C'est le nom du projet qui a été abordé l'année dernière par l'école primaire n ° 45, dans la ville de Buenos Aires du général Villegas. «Il s'agit de sensibiliser à la protection de l'environnement», résume María Florencia Sánchez, la directrice de l'établissement, qui compte environ 280 étudiants, «un effectif croissant» et une variété inhabituelle d'initiatives développées dans le cadre d'un programme d'approfondir les tâches pédagogiques sur l'agroécologie.

Toujours en contraste, les élèves de quatrième, cinquième et sixième année travaillent, entre autres, dans le jardin de l'école, dans la serre, ou ramassent des bouteilles, des bouchons, des sachets de lait, des sachets de jus et des piles. Une autre activité consiste en l'organisation d'un kiosque santé, qui fonctionne depuis trois mois et dans lequel des aliments sains sont vendus: barres de céréales, nougat, céréales en vrac, quelques génoises, tutuca, gâteaux, pop-corn, bananes, pommes et mandarines . «Nous voulons améliorer la qualité de la nourriture de nos élèves, car les enfants n'ont pas toujours l'habitude d'incorporer de bons aliments», explique l'enseignant.

De plus, dit Sánchez, "les produits du kiosque sont vendus à un prix très bas, car des objectifs matériels très spécifiques sont recherchés. Le profit au départ était d'acheter des arbustes pour nos plates-bandes, mais ils sont déjà en place. Maintenant, les garçons sont va acheter le substrat pour les semis et les ustensiles pour la cuisine, comme des tasses pour le lait. L'année dernière, ils avaient déjà proposé d'acheter des éléments en plastique, et celui-ci, ils prévoient d'acheter du petit matériel de musique, pour les salles de classe, et d'acquérir

instruments de musique pour vos compagnons. "


A 465 kilomètres de la ville de Buenos Aires, l'expérience d'autogestion de cette école du quartier San Antonio, à Villegas, ne cesse de grandir et de se diversifier. Une autre initiative a consisté à fabriquer des plants aromatiques que les garçons eux-mêmes vendent plus tard. Et il y a un groupe de «parents de jardin», comme on les appelle, qui aident aux travaux les plus lourds. «Nous travaillons avec l'INTA (Institut National de Technologie Agricole) en tant que promoteurs du jardin agroécologique: nous assistons à des entretiens avec les Gardiens, nous exposons notre travail, nous sommes le siège de l'acquisition de semences saisonnières pour les jardins familiaux et, en guise de clôture , nous prévoyons d'exposer dans notre école le travail des vergers des familles des 45 ", développe Sánchez.

La musique est une autre étape de cette expérience. A Villegas il y a deux luthiers et les professeurs utilisent beaucoup de leurs instruments. «C'est ainsi qu'est né un atelier de musique, auquel participent les luthiers, pour les garçons de deuxième et troisième année, dans lequel ils fabriquent des instruments», explique le directeur, ajoutant: «Tout cela nous rend très heureux car le travail a ses résultats positifs. Nous commençons par de petites choses. Les familles sont très satisfaites. Nous prenons soin de l'environnement, les enfants ont une meilleure alimentation et les meilleurs résultats se verront plus à long terme, mais avec ce que nous avons accompli, si positif, nous sommes va bien ". Sánchez dit qu'elle est surtout surprise par l'attitude des garçons du kiosque sain:

«Même si un garçon dit timidement qu'il n'aime pas ces choses, l'envie de manger une pomme, une céréale ou une tablette de riz est contagieuse entre eux.

En plus de ces initiatives, il y a d'autres «grands projets» à l'école, selon Sánchez. Et il les explique: «Nous entendons mettre en place un système de coexistence scolaire qui permette d'accompagner la croissance des enfants, qui commencent à marcher sur le chemin de la démocratie, de favoriser leur développement en tant que sujets de droit et de responsabilité, c'est-à-dire de les former en tant que citoyens. Le projet s'appelle «Construire la paix». C'est un engagement de tous et tente de promouvoir la parole et la capacité de dialogue pour pouvoir résoudre des situations de conflit et générer de nouvelles idées, à travers la création d'un conseil de classe organisé par les étudiants eux-mêmes sous le regard des professeurs de sciences sociales et de pratiques linguistiques.

De plus, parents, voisins et professionnels participent. "Exemple d'école qui cherche sans cesse de nouvelles formes d'apprentissage collectif, à Villegas ils espèrent finaliser, l'année prochaine, le projet d'une radio scolaire." L'école fait un travail de fourmi –Continue Florencia Sánchez–, et nous sommes sûrs qu'elle portera ses fruits. L'important est d'avoir une continuité: les enfants apprennent à trier les ordures, à recycler, à prendre soin de, à respecter l'environnement, à respecter l'autre et à se respecter, et cela nous essayons d'enseigner chaque jour à l'école à être capables de les former en tant que citoyens ".

Ecoportal.net Heure d'Argentine http://tiempo.infonews.com/


Vidéo: Gardiens de la Terre chant de Joelle Mellioret u0026 Luc Raimondi (Septembre 2021).