LES SUJETS

Glyphosate et Monsanto: Bayer les veut mais pas l'UE

Glyphosate et Monsanto: Bayer les veut mais pas l'UE


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Non et non

Les pays de l'UE ont refusé de soutenir une extension limitée de l'utilisation du glyphosate comme pesticide, menaçant de retirer le Roundup de Monsanto du marché si aucune décision n'est prise d'ici la fin du mois.

Les résultats contradictoires sur les risques cancérigènes que l'utilisation de ce produit aurait pu engendrer un différend entre politiciens, régulateurs et chercheurs de l'UE et des États-Unis.

L'exécutif européen, après avoir échoué à obtenir le soutien lors de deux réunions plus tôt cette année pour renouveler la licence de glyphosate pour une période pouvant aller jusqu'à 15 ans, avait offert une prolongation limitée de 12 à 18 mois pour laisser du temps à son étude scientifique.

Ils sont convaincus qu'une étude réalisée par l'Agence de l'Union européenne pour les produits chimiques (ECHA) sera en mesure de dissiper les préoccupations sanitaires, qui sont soulevées dans le monde en général et parmi de nombreux Européens en particulier (y compris les députés européens).

Il n'y a pas de majorité

Malgré cet engagement, la proposition n'a pas pu obtenir la majorité nécessaire, c'est-à-dire le soutien des États membres qui représentent au moins 65% de la population de l'UE et qui est nécessaire à son approbation.

Lors du dernier vote plus tôt cette semaine, sept États membres se sont abstenus, vingt ont soutenu la proposition et un a voté contre, de sorte que les pourcentages nécessaires n'ont pas été atteints et le glyphosate reste une source de discorde.

En l'absence de décision adoptée à la majorité, l'exécutif européen pourra présenter sa proposition à un comité d'appel des représentants politiques des 28 États membres dans un délai d'un mois. S'il n'y a pas encore de décision, la Commission européenne peut adopter sa propre proposition.

Bayer veut acheter

Au milieu de tout ce charabia se trouve l'offre controversée de la société allemande Bayer, qui a mis 62 milliards d'euros sur la table pour acheter la société américaine de semences et de pesticides Monsanto, ce qui aboutirait pratiquement à un monopole du marché.

Il ne faut pas oublier que l'Allemagne a été l'une des nations qui se sont abstenues lors du dernier vote, même si dans le passé elle s'est fermement opposée aux semences génétiquement modifiées de Monsanto pour plusieurs raisons, parmi lesquelles elles soutiennent qu'elles pourraient être dangereuses pour la santé.


Postes trouvés

D'une part, nous avons ceux qui considèrent que nous devons rester fermes et refuser radicalement et strictement l'autorisation pour que cet herbicide controversé, qui s'est déjà avéré toxique, continue d'être commercialisé en Europe.

Pour ce faire, ils expliquent qu'il existe des signes clairs et des preuves crédibles sur les risques pour la santé que courent les Européens lorsqu'ils utilisent le glyphosate, d'autant plus qu'il est cancérigène et perturbateur endocrinien. Mais d'un autre côté, ils affirment que ce n'est qu'en raison de l'impact dévastateur du glyphosate sur la biodiversité qu'il aurait déjà dû être interdit dans le monde entier.

Ce sont eux qui applaudissent et apprécient la mobilisation publique et l’importante opposition politique qui s’est manifestée au sein de l’UE pour réapprouver le glyphosate, ce qui indique que les principaux gouvernements européens ont finalement pris cette question au sérieux et qu’ils ont forcé la Commission à reculer.

Mais il y a aussi ceux qui continuent à voter pour, sur la base du fait qu'il n'a pas été suffisamment démontré que le glyphosate est cancérigène, que si vous n'avez pas ce produit, vous devrez recourir à d'autres qui pourraient être pires et que ce serait rompre l'équilibre délicat qu'il a dans ses agricultures (qui dépendent du glyphosate).

Il y a jusqu'à ce qu'ils justifient que bien que le glyphosate puisse être bioaccumulable, avoir une synergie toxique et causer des problèmes chez les animaux et les humains, dans les sols il dénature, de sorte qu'en réalité la terre n'est pas contaminée car elle ne laisse pas de résidus (et pires atrocités).


Une dernière pensée

Bayer est une multinationale qui voit une part importante de la tarte des OGM perdue et qui ne veut évidemment pas être laissée pour compte. Et nous parlons d'une organisation qui au sein de tout a une assez bonne réputation (elle a réussi à garder et cacher très bien son "linge sale") qui veut en acheter une autre qui est un peu moins que la société "diable", pour la moitié le monde.

Et elle n'envisage pas de débourser quelques euros, mais est prête à dépenser plus de 60 millions de millions afin de conserver le «petit paquet», qui en plus d'inclure les brevets de centaines de semences transgéniques, d'herbicides, de pesticides et qui sait quoi d'autre (on parle de bactéries trans, de moustiques GM, etc.), mais cela inclut aussi une énorme «mauvaise réputation» et la pire des publicités, à tel point qu'un de ses produits vedettes est actuellement sur le point d'être interdit en Europe . Ça donne à suspect, non?

Écotices


Vidéo: Europe: Monsanto tire les ficelles? (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Shakarg

    C'est une phrase remarquable, plutôt utile

  2. Sevy

    C'est juste nécessaire. Je sais qu'ensemble nous pouvons arriver à une bonne réponse.

  3. Ward

    Et que, si à nous de regarder cette question d'un autre point de vue ?

  4. Benjiro

    Chaleur! Allons!))

  5. Radnor

    Vous avez visité une merveilleuse idée

  6. Josu?

    Je peux vous suggérer de visiter un site sur lequel il y a beaucoup d'informations sur cette question.

  7. Warrane

    Je joins. C'était avec moi aussi. Nous pouvons communiquer sur ce thème. Ici ou à PM.



Écrire un message