LES SUJETS

Des mini-usines de biogaz familiales apportent chaleur et lumière à des milliers de foyers ruraux au Pakistan

Des mini-usines de biogaz familiales apportent chaleur et lumière à des milliers de foyers ruraux au Pakistan


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Saleem Shaikh et Sughra Tunio

Zainab a acheté une unité de biogaz, d'une valeur d'environ 400 dollars, mais a payé 50 pour cent de moins, ce qui est le prix subventionné par le Réseau des organisations non gouvernementales, du programme de soutien rural dans le cadre du programme de biogaz domestique du Pakistan (PDBP, en anglais).

Dans cette ville de Faisalabad, dans la province du Pendjab et à 360 kilomètres d'Islamabad, Zainab devait aller chercher du bois dans une forêt lointaine trois fois par semaine et le transporter jusqu'à sa maison en tête.

«Abandonner cette routine est une expérience transformatrice», a-t-il déclaré.

L'usine de biogaz de quatre mètres cubes a besoin du fumier de trois buffles chaque jour pour répondre à la demande énergétique d'une famille de quatre personnes, pour cuisiner, chauffer l'environnement, se laver et se baigner pendant 24 heures. De plus, il permet d'économiser près de 160 kilogrammes de bois par jour, soit environ 20 $ à 25 $ par mois.

Zainab, mariée à un petit producteur de légumes, a déclaré qu'elle toussait et avait les yeux irrités depuis 20 ans.

«Nous n'avons pas accès au gaz naturel canalisé dans notre village. L’augmentation du coût du gaz de pétrole liquéfié n’était possible pour aucun d’entre nous qui sommes pauvres. Nous n'avons donc pas d'autre choix que de continuer à brûler du fumier de buffle ou du bois », a-t-il déclaré.

En janvier, l'éleveur Amir Nawaz a acheté une usine de biogaz de huit mètres cubes pour environ 700 dollars dans le cadre du PDBP, grâce à une subvention de près de 300 dollars.

«Maintenant, j'économise près de 60 dollars par mois, que j'avais l'habitude de dépenser en gaz liquéfié», a-t-il déclaré à IPS. Son usine fonctionne grâce au fumier de six buffles, ce qui suffit à couvrir les besoins de la cuisine et à réchauffer l'environnement domestique.

Nawaz utilise également le biogaz pour alimenter les lampes la nuit, économisant 15 dollars supplémentaires par mois.

«Plus que tout, cela aide nos enfants à faire leurs devoirs et à me permettre de terminer les travaux ménagers en fin d'après-midi», a déclaré Shaista Bano, la femme de Nawaz, en souriant.

Quelque 5360 usines de biogaz de différentes tailles ont été installées dans 12 districts de la province pakistanaise du Punjab, Faisalabad, Sargodha, Jushab, Jhang, Chniot, Toba Tek Singh, Shekhapura, Gujranwala, Sahiwal, Pakpatan, Nankana Sahib et Okara, entre 2009 et 2015 , empêchant près de 43 000 personnes d'être exposées à la fumée toxique du bois ou du kérosène.

Une usine de biogaz de 25 mètres cubes fournit de l'énergie à une famille de 10 personnes, qui peuvent cuisiner, chauffer l'environnement et faire fonctionner des pompes à eau pendant six heures par jour.

Rab Nawaz, qui a trois enfants, a acheté une de ces usines pour 1 700 dollars, grâce au fait que le PBDP lui en a subventionné 400 dans le cadre de la promotion du biogaz dans la région.

«J'utilise le fumier de 18 buffles pour produire près de 40 mètres cubes de gaz par jour et j'utilise la pompe à eau, adaptée du diesel au biogaz, pendant six heures et j'allume la cuisine trois fois par jour», a-t-il déclaré, tout en nettoyant avec une pelle son corral dans le district de Sargodha.

Nawaz a souligné que l'élimination du diesel, qui est mauvais pour l'environnement et la santé, en plus d'être coûteux, permet d'économiser entre 10 et 12 dollars par jour.

Dans le cadre de la pérennité du programme biogaz, 50 entreprises de construction d'usines ont été installées. Des experts internationaux ont formé près de 450 personnes à la construction, à la maintenance et à la réparation d'unités de biogaz.

Le PBDP, lancé en 2009 par le Programme national de soutien rural, a reçu des contributions de l'ambassade des Pays-Bas au Pakistan et un soutien technique de Winrock International et de SNV, qui regroupe plusieurs organisations non gouvernementales néerlandaises.

«Le programme de biogaz cherche à créer un secteur commercialement viable. Les principaux acteurs du côté des fournisseurs sont les sociétés de construction de biogaz (BCE, en anglais), qui en plus de ce service proposent des ventes aux ménages », a expliqué le directeur général du Rural Support Program Network à IPS., Shandana janv.

"Du côté de la demande, les programmes de soutien rural créés dans le réseau seront les principaux partenaires de la mise en œuvre, mais incluront également les organisations laitières et agricoles", a-t-il ajouté.

"Les 5 600 usines de biogaz économisent près de 13 000 tonnes de bois brûlé, environ 2 millions de dollars et 169 600 litres de kérosène pour les veilleuses", a-t-il déclaré.

«Au coût d'environ 3,3 millions de dollars, les usines de biogaz ont contribué à réduire les trois à quatre heures que les femmes consacrent à la collecte du bois de chauffage. Maintenant, ils ont plus de temps pour se socialiser, mener des activités économiques et la santé des familles s'est améliorée. Ils offrent également du gaz instantané pour cuisiner et laver la vaisselle », a-t-il souligné.

Plus important encore, le programme empêche le rejet de près de 16 000 tonnes de dioxyde de carbone par an, a-t-il calculé.

À l'heure actuelle, environ 18 pour cent des ménages pakistanais, principalement dans les villes, sont alimentés en gaz naturel. Mais plus de 80% de la population rurale dépend de la biomasse, du bois, du fumier, de la paille, etc. pour cuisiner, chauffer l'environnement et effectuer d'autres tâches ménagères, a déclaré le Pakistan Alternative Energy Development Board.

"Il est impossible pour la population rurale d'avoir du gaz naturel", a déclaré le président du conseil d'administration, Jawaja Mohammad Asif. «Mais le biogaz offre une solution prometteuse et viable pour répondre à la demande énergétique des ménages ruraux, où vivent 60% de la population et 80% des plus de 180 millions de têtes de bétail», a-t-il déclaré.

Il a également souligné que 80 millions de vaches et de buffles, quelque 100 millions de moutons et de chèvres et 400 millions d'oiseaux peuvent fournir la matière première nécessaire pour produire des quantités substantielles de biogaz.

"Ainsi, le biogaz peut être utilisé pour obtenir des avantages économiques, ainsi que des avantages pour la santé et l'environnement", a-t-il souligné.

Au Pakistan, il y a plus de 160 millions de têtes de bétail, qu'il s'agisse de buffles, de vaches, de chameaux, d'ânes, de chèvres et de moutons. Le fumier qu'ils produisent peut être utilisé pour nourrir cinq millions d'usines de biogaz de différentes tailles, selon des spécialistes de l'Université nationale des sciences et de la technologie, basée à Islamabad, et de l'Université d'agriculture de Faisalabad.

C'est une alternative qui contribue à réduire l'écart abyssal de l'approvisionnement en gaz. Selon les données officielles, 73 pour cent des 200 millions de personnes, la majorité dans les zones rurales, n'ont pas de gaz naturel et dépendent du gaz liquéfié et des bouteilles de bois.

Photo: Nabela Zainab prépare du thé dans une cuisine de biogaz chez elle dans le district de Faisalabad, province du Pendjab, au Pakistan. Cette alternative a permis d'éliminer la pollution de l'air et d'améliorer leur santé. Crédit: Saleem Shaikh / IPS.

Traduit par Verónica Firme

Service Inter Presse - IPS Venezuela


Vidéo: LA METHANISATION AGRICOLE A L EARL DE KERGONCILY (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Gardakasa

    Bravo, votre idée utile

  2. Xola

    Juste un kopeck!

  3. Squire

    Cela ne me dérange pas d'imprimer un tel article, vous le trouverez rarement sur Internet, merci !

  4. JoJotaxe

    Je suis désolé, mais à mon avis, vous avez tort. Écrivez-moi dans PM, parlez.

  5. Dulkis

    Votre opinion sera utile

  6. Denisc

    Ne me dis pas où je peux trouver plus d'informations sur ce sujet?



Écrire un message